Être végane, un choix politique

Être végane, un choix politique

par Serge Bastidas

La conférence

Dans le contexte des luttes contre toutes les formes de domination est apparu le véganisme, mode de vie dans lequel on refuse tous les produits issus de l’exploitation animale. Mais loin de se réduire à cette dimension individuelle, le véganisme est une lutte politique pour l’émancipation des animaux, qui vise à mettre mettre fin à leur exploitation et à leur attribuer le statut de personnes, donc de sujets juridiques à part entière. Serge Bastidas, 22 ans, militant de la cause animale, explique quels sont les ressorts psychologiques et argumentatifs qui font vivre la domination de l’homme sur les animaux dans notre société, et montre que ces mécanismes pourraient bien n’être pas spécifiques à cette domination…

Serge Bastidas
Serge Bastidas

La conférence a été jouée pour la première fois devant un public en mars 2017. Elle s’inscrit dans une logique d’éducation populaire. Elle a été conçue sous la supervision des formateurs Franck Lepage et Thierry Rouquet auprès de l’association l’Ardeur.

Elle est destinée à être produite dans des festivals de conférences gesticulées, des festivals alternatifs, des événements associatifs ou des séminaires qui s’interrogent sur la question animale dans toutes ses dimensions ou, plus largement, sur les discriminations, l’émancipation et les luttes sociales.

Contact : 06 29 46 67 52 – bastidasserge@gmail.com

Extraits

Conférence complète

Ateliers

Nos représentations des animaux

S’interroger sur nos représentations spontanées des animaux grâce à un simple jeu : tel animal est-il plus ou moins comestible ? Celui que l’on mange en France est sacré en Inde, et vice-versa. Mais l’animal n’est pas seulement l’objet d’un discours sur son corps, sa chair ; il l’est aussi sur ses capacités cognitives, son intellect. Bête comme cochon, tête de linotte, pigeon se faisant avoir ; ou, à contrario, malin comme un singe ; et au chien il ne manque que la parole – ce qui induit qu’il a tout le reste. Comme nous. Et si nous croisions les données, dans un tableau à double entrée, pour voir comment notre évaluation de l’intelligence animale coïncide de façon troublante avec l’évaluation de leur comestibilité ? Comme si l’infériorité intellectuelle supposée des animaux justifiait leur asservissement. À moins que ça ne soit l’inverse…

Durée : 25 min.
Matériel : tableau ou paperboard, feutres, punaises.

Suppléments

L’Interanimale

Couplet 1 :
Debout ! les damnés de la ferme !
Debout ! les forçats de la faim !
Le taureau tonne dans l’arène,
C’est l’évasion des bovins.
Du pâté faisons table rase,
Poule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain : (2 fois sur deux airs différents)
C’est la lutte finale
Groupons-nous, et demain,
L’Interanimale
Sera le genre terrien.

Couplet 2 :
Il n’est pas de saveurs suprêmes,
Ni lieu, ni cheddar, ni boudin,
Animaux sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !
Pour qu’aucun homme ne nous égorge,
Pour tirer les singes du labo,
Brisons les colliers à nos gorges,
Taillons la route au grand galop !